En horaires décalés au CNES, un autre espace-temps

En horaires décalés au CNES, un autre espace-temps

Partenaire historique du CNES depuis plusieurs décennies, Telespazio compte 92 collaborateurs intervenant sur site au Centre Spatial de Toulouse (CST). Parmi eux, 28 interviennent en horaires décalés. Comment travaille et vit cette petite communauté dans un autre temps et un autre espace ? Nicolas Durracq, Opérateur au C.O.R. (Centre d’Opérations des Réseaux Multi-Mission du CNES) nous en parle.

Faire partie des équipes qui interviennent au CST pour, 7/7 et 24/24, assurer l’intégrité et la continuité des systèmes qui assurent le fonctionnement des satellites et la réussite de leurs missions est une fierté. Et cette fierté ne s’émousse pas avec le temps. Comme l’ensemble des membres de cette petite équipe, Nicolas vit en trois huit -depuis près de 20 ans dans son cas- et est pleinement conscient de ce rôle d’ambassadeur de Telespazio. Ce plaisir s’ajoute en effet à celui d’un rythme, très particulier, qui convient à ceux qui l’ont adopté. « Comme tous ceux qui ont choisi cette organisation, c’est parce que j’y vois des avantages. Il y a bien sûr un prérequis : nos familles doivent en intégrer et en accepter les conséquences. Mais ensuite, tout le monde y trouve son compte. On est plus disponible pour participer dans la journée aux tâches quotidiennes du foyer. On n’a plus besoin de poser une journée pour accomplir des formalités administratives ou passer un examen médical… De mon point de vue, cela améliore les conditions de vie » explique-t-il. Cette organisation a, aussi, la particularité de renforcer la solidarité. « Une absence non anticipée impacte la vie de tout le groupe puisque la continuité de notre service conditionne celle de notre client. » Cet esprit de corps soude le collectif et bénéficie à la performance et au plaisir d’être ensemble. De se croiser devrait-on dire car travaillant dans des secteurs sécurisés, on se côtoie peu.

Comme sur un bateau à l’équipage organisé en quarts, « la relève » est le moment d’échanger les informations sur les conditions opérationnelles du moment. C’est aussi souvent là que l’on parle de l’actualité de l’entreprise : nouveaux contrats, organisation, opportunités d’évolution… Car l’organisation mise en place par Telespazio, bien avant la Covid-19, fait que nous ne nous sentons absolument pas isolés. D’où un sentiment d’appartenance aussi fort que spontané. » Une appartenance à notre entreprise qui ne nuit nullement à la qualité de l’intégration au sein des équipes du CNES. « Même en situation d’urgence, les échanges sont fluides, positifs, courtois : le ton est celui utilisé entre personnels CNES. Nous ne sommes pas un sous-traitant mais un partenaire, intégré dans tous les sens du terme. Cela est dû, je pense, à la grande confiance dont bénéficie Telespazio. Le tout construit un environnement très motivant. » conclut-il. Ainsi va la vie des équipes Telespazio à bord du vaisseau CNES.